EnglishFrenchGermanItalianJapaneseSpanish

10 bonnes raisons de ne pas lire…

10 bonnes raisons de ne pas lire Perrin Langda

Perrin Langda

1 – Je mets parfois plusieurs jours pour sortir trois mauvais poèmes de six vers courts.
2 – En plus on peut les comprendre avec le Q.I. d’une mouche : même pas moyen de se masturber un peu le cerveau avec.
3 – D’autres fois j’ai passé plus de temps à chercher une image pour mon blog qu’à écrire le poème qui allait avec.
4 – On me considère d’ailleurs plus comme un geek que comme un auteur.
6 – Mes poèmes sont censés être drôles alors que je suis pas vraiment marrant dans la vraie vie, ça se voit et au fond ils sont même plutôt déprimants.
7 – En fait je suis surtout quelqu’un d’assez banal, et comme beaucoup je ferais n’importe-quoi pour prouver le contraire.
8 – Et puis je suis même pas dans le numéro 1, j’ai juste atterri là à force d’essayer de m’incruster dans tous les plans de la toile pour faire connaître ma médiocrité.
9 – Donc vous voyez, c’est pas les bonnes raisons qui manquent, mais je suis juste pas foutu de terminer ce texte, alors l’air de rien j’ai sauté la phrase 5, en m’inspirant d’un truc connu pour trouver une chute.
10 – Là, vous êtes même pas parti voir s’il manquait bien la phrase 5, vous l’aviez vu et vous avez simplement arrêté de lire. De toute façon, quelqu’un a vraiment besoin que je termine ces dix raisons ?

10 raisons pour ne pas lire Antonella Antonella Aynil Porcelluzzi

 

1/ Je suis un monstre au corps de Britney, cerveau d’ Einstein, et morale changeante de Wojtyla à Nietzsche à Huxley à ma mère etc
2/ Je te rendrais fou
3/ Je ne sais pas ce que tu cherches et en tout cas je m’ en fous
4/J’ écris trop et trop vite
5/ On ne sait pas d’ où je viens, on ne saura où je suis
6/ On ne comprend surtout pas où je vais
7/ J’ ai toujours trois couteaux dans mon sac à main car je prépare la guerre
8/ Je suis baroque
9/ Je suis cathodique
10/ Je parle vrai

10 bonnes raisons de ne pas lire Claire von Corda

Claire von Corda

 

1. parce que je ne vous lirai pas.
2. parce que vous ne verrez pas l’intérêt de la chose.
3. parce que je ne suis pas votre ami.
4. parce que peu m’importe votre avis, positif ou négatif.
5. parce que vous pourriez suivre le mouvement et faire de la muscu.
6. parce que regarder la télé c’est bien.
7. parce que regarder le foot à la télé c’est bien .
8. parce que regarder le porno à la télé c’est mieux.
9. parce que vous pourriez vous branler.
10. parce que vous pourriez faire quelque chose de grand de ce temps perdu à lire.

10 bonnes raisons de ne pas lire Jean-François Dalle

bdx_rais_0

 

1/L’éducation nationale m’a trop formé. Donc je ne peux pas faire une phrase inédite. Du reste, mon père était prof de français. Mon ADN est trop polissé. Je ne fais que des arabesques … Des entrechats. Si vous êtes de vrais amis, ne m’encouragez pas à minauder.

2/Au fond, je préfère de loin les armes aux livres. Lire me coûte. C’est très long et rarement bien. Non, définitevement, je n’ai pas place parmi vous. Alors, soyez logiques, ne m’acceptez pas.

3/Je crois, pour l’avoir approcher un peu, que le monde du livre, les salons en particulier, est un milieu médiocre. On y déprime ou on y bombe le torse, qu’importe. Tout ceci est bien ridicon. Si vous m’aimez un peu, ne favorisez pas mon entrée. Un VRP parmi d’autres VRP ? C’est cela que vous voulez pour moi ?

4/Les journées n’ont que 24 heures. Si vous tenez à Revue Métèque, dissuadez-moi d’écrire. La revue sera bichonnée et vous vous ôterez un concurrent. L’underground oui-oui n’existe pas. C’est chacun pour sa gueule. Alors coupez-moi l’herbe sousl’pied. Moi, c’est c’que je ferais.

5/Pourquoi écrit-on généralement ? Pour soigner une blessure, pour venger une naissance, pour corriger une beauté qui n’avait pas été offerte. Dans mon cas, je ne suis sans névrose, riche et plutôt beau. Gardez donc vos soutients à ceux pour qui c’est vital.

6/J’avais fait les beaux-Arts, je voulais être peintre. Je me suis démi. Maintenant je voudrais écrire ?! Allons donc, un peu de fierté que diable ! L’histoire ne repasse pas les plats ! Elle s’rait où la décence ? Nein ! Heraus !!! Sofort ! Meneur d’r’vue c’est déjà bien payé, j’trouve. Dégage !

7/Jean-François Dalle ? Plutôt un nom de medecin généraliste, je trouve. Un nom d’honnête homme peut-être, à la limite, mais pas un nom d’artiste ! Non, Yann Quefelec, oui, ça, ça claque !

8/J’suis assez doué pour les titres, mais après … Oui, publicitaire, en extrapolant un brin.

9/J’suis réac en littérature. J’aime en générale plus le dix-neufième-sciècle que les trucs qui sortent. Dostoëvski plus que la fille au chapeau, j’sais même plus son nom. Nothomb ! Knut hamsung plus que Bukowski. J’aime le personnage Des Esseintes, Huysmans, voyez …

10/ Nan, la littérature ce serait plus un moyen pour pécho d’la meuf. Plus de meufs, j’veux dire. Mais je sais par avance que vous avez une autre idée de la littérature. Et pi les meufs, vous avez raison, il serait temps de mettre la pédale douce. La littérature, c’est quand on a de gros besoins, qu’on est vorace. Moi, une à la fois maint’nant, en j’en change pas comme ça. J’les fait durer. Ecrivain ? Ouais, à 25 ans, j’dis pas.

10 raisons pour ne pas lire Mike Kasprzak

MIKE KASPRZAK1) A coup sur, je vous méprise.

2) Je n’ai que 10 mots de vocabulaire, dont 2 fois « merde ».

3) Je suis profondément égoïste et anarcho-individualiste.

4) Je n’ai pas d’humour.

5) Vous ne comprendriez surement pas en quoi mes textes sont intéressants.

6) Je suis un übermensch, donc vous souhaitez ma mort.

7) Les femmes m’adorent (cette remarque vaut si vous êtes un homme ou une lesbienne, ou une femme jalouse).

8) J’ai probablement baisé votre femme, si vous en avez une (même remarque que précédemment).

9) 
 Ce que j’écris est « humainement triste et littérairement plat ».

10) 
 Mes journées se résument à boire (beaucoup trop), écrire (pas assez), tourner en rond dans mon appartement, et tirer un coup si Dieu le veut. (d’une tristesse…)

 

10 bonnes raisons de ne pas lire Marianne Maury Kaufmann

PHOTO MMK 10 bonnes raisons1/ C’est mieux quand y a que des images. Pourquoi elle s’est mise à écrire, c’était très bien quand elle se contentait de dessiner.

2/ Bien que ce soit généralement tiré par les cheveux, ce qu’elle raconte pourrait à la rigueur nous arriver. Or on a envie de quoi, quand on lit ? De s’oublier, de rêver !

3/ Par moments ça frise la pornographie, c’est quoi cette mode des écrivains qui parlent de cul ? Pénible, surtout chez une femme.

4/ Ses personnages sont ridicules, méchants, pervers, obsessionnels, incultes, alcooliques, violents, idiots… Elle est où, la beauté de l’humain ? Elle a dû sécher les cours de catéchisme, MMK.

5/ Elle continue de croire aux points, aux virgules et aux points-virgules, elle en flanque partout. On est où, là, au yoga ? On sait quand il faut respirer, quand même !

6/ Pareil pour les majuscules en début de phrase, les guillemets des dialogues, les espaces entre les paragraphes : MMK prend le lecteur pour une brêle.

7/ Elle ressort des fagots des adjectifs tordus, n’ayant pas compris qu’on va vers une simplification de la langue. Prétentieuse !

8/ Faudrait qu’elle montre patte blanche : depuis quand on appelle « métèque » une femme parfaitement insérée dans la société, mère de famille et pas suicidaire du tout ?

9/ Lire MMK est parjurer puisqu’elle se commet chez les « gros » éditeurs.

10/Le pire pour la fin, comme dans une nouvelle réussie : MMK reconnaît bosser pour n’importe quel journal, du moment qu’on la laisse s’exprimer. Autant dire, zéro fil à plomb : qu’est-ce qu’elle fout là ? Boycott!