EnglishFrançaisDeutschItaliano日本語EspañolSvenska

Revue Métèque n°3

mod_ill_prodRM3-1mod_ill_prodRM3-1vignette_3vignette_3mod_ill_prodRM3-2mod_ill_prodRM3-2
mod_ill_prodRM3-1vignette_3mod_ill_prodRM3-2

Revue Métèque n°3

12,00

EDITO PRESTO

On ne l’écrit ni ne l’envoie qu’après un temps conséquent. Et d’ordinaire, à quelqu’un que l’on connait trop, ou à la vie que l’on connait à ce point qu’elle nous a lassé aussi. C’est généralement ce point d’orgues qui suit la phase terminale. Le bouquet final qui vient clore un feu qui aura manqué de faste, ou qui se sera terni. Simple post-it, voire SMS, c’est la lettre d’adieu.

Il faut distinguer la lettre d’adieu du corpus épistolaire classique : il ne s’agit plus d’échanger mais, bien au contraire d’arrêter le commerce.

À l’inverse du poke sur Facebook – stratagème pour se signaler à l’autre -, elle est écrite pour signifier que nous allons disparaitre, sans négociation, et pour toujours. En somme, nous « bloquerons », mais en y mettant certaines formes. Et l’on verra surgir le bloqueur et le bloqué.

Quelles que soient les voies empruntées – le spectre est large – toutes les lettres d’adieu ont un même but, stopper. Leur dessein est univoque. En choeur, elles disent: Plus jamais !

Avec des variantes : Plus jamais ta gueule, plus jamais mon karma, etc.

Leur forme littéraire est sans choix, et c’est ce qui m’a plu lorsque j’ai choisi ce thème. Il existe à l’intérieur d’elles, comme une donnée invariante, une loi péremptoire, logée dans leur ADN : ni compromis, ni tiédeur à attendre. Elles n’ont qu’un sens, du rédacteur vers le lecteur, et qu’une visée : sur cette terre, it’s over.

Qu’elles aient une pâleur funèbre ou l’éclat d’une lame, toutes – en étant irrévocables, assassines ou suicidaires, toutes miment la mort, en sont une curieuse répétition.

Leur aspect sentencieux, sans appel, nous fait entrevoir l’autre échéance, la vraie, la seule qui devra nous intéresser un jour, lorsque nous tiendrons entre nos mains une lettre d’adieu, écrite par la vie, et adressée à nous.

Jean-François Dalle

  • Référence du produit : PDCT000003008